HISTORIQUE

 

L’ostéopathie:

C'est l’art de diagnostiquer et de traiter, par la main, les dysfonctions de la micro mobilité des tissus du corps, qui entraînent des troubles fonctionnels pouvant perturber l’état de santé.

 

Considéré comme le père de l’Ostéopathie, Andrew Taylor Still fut l’un des premiers à comprendre les relations entre l’équilibre fonctionnel de l’ensemble des structures du corps et la notion de santé.

Médecin aux États Unis à la fin du siècle dernier, il rompit avec la médecine traditionnelle de son époque (1874). Il structura de manière cohérente ce que pressentaient les médecins de l’Antiquité égyptienne et grecque puis, plus près de nous, ceux de la Renaissance.

En 1874, il comprend que l’équilibre propre à la santé passe par l’équilibre de la charpente osseuse, responsable de l’harmonie des systèmes nerveux, musculaire et circulatoire, ce qui l’amène à formuler le postulat suivant :

"La structure gouverne la fonction"

 

En 1918, John Martin Littlejohn, ancien élève de A.T.Still crée la British School of Osteopathy à Londres (GB). L’ostéopathie s’implante en Europe.

En France, malgré les efforts des Docteurs Mouttin et Mann (1913) puis plus tard ceux du Docteur Lavezzari, l’ostéopathie reste très confidentielle.

Ce n’est qu’avec Paul Geny, fondateur de l’Ecole Française d’Ostéopathie (1950) qu’elle connaît sa première expansion. Suite à diverses pressions P.Geny est contraint de s’expatrier en Grande Bretagne. Il y crée avec J.Wernham (élève de Littlejohn) l’Ecole Européenne d’Ostéopathie.

Entre 1950 et 1960 différentes organisations se structurent. Elles font venir des professeurs du Royaume Uni et des Etats-Unis. L'enseignement de l'ostéopathie s’organise à nouveau en France pour ne plus s’interrompre.

L’action des ostéopathes ainsi formés sera progressivement reconnue, tant par les patients que par le monde médical.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DE NOS JOURS...

 

Après plusieurs projets de loi qui n’aboutiront pas, la profession est légalement consacrée par la loi du 4 mars 2002 relative à l’amélioration du système de santé et aux droits des malades.

Article 75 de la loi 2002-303
Loi n°2002-303 du 4 mars 2002
Relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé

Journal Officiel : Numéro 54 du 5 Mars 2002

 

L'usage professionnel du titre d'ostéopathe ou de chiropracteur est réservé aux personnes titulaires d'un diplôme sanctionnant une formation spécifique à l'ostéopathie ou à la chiropraxie délivrée par un établissement de formation agréé par le ministre chargé de la santé dans des conditions fixées par décret. Le programme et la durée des études préparatoires et des épreuves après lesquelles peut être délivré ce diplôme sont fixés par voie réglementaire.

S'il s'agit d'un diplôme délivré à l'étranger, il doit conférer à son titulaire une qualification reconnue analogue, selon des modalités fixées par décret.

Les praticiens en exercice, à la date d'application de la présente loi, peuvent se voir reconnaître le titre d'ostéopathe ou de chiropracteur s'ils satisfont à des conditions de formation ou d'expérience professionnelle analogues à celles des titulaires du diplôme mentionné au premier alinéa. Ces conditions sont déterminées par décret.

Toute personne faisant un usage professionnel du titre d'ostéopathe ou de chiropracteur est soumise à une obligation de formation continue, dans des conditions définies par décret. L'Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé est chargée d'élaborer et de valider des recommandations de bonnes pratiques. Elle établit une liste de ces bonnes pratiques à enseigner dans les établissements de formation délivrant le diplôme mentionné au premier alinéa.

Un décret établit la liste des actes que les praticiens justifiant du titre d'ostéopathe ou de chiropracteur sont autorisés à effectuer, ainsi que les conditions dans lesquelles ils sont appelés à les accomplir.

 

 

 

 

QUAND ET POURQUOI CONSULTER?

 

Généralités :


Le grand motif de consultation est le mal de dos. Ce mal de dos a souvent diverses origines, que le patient ne soupçonne pas (viscérales, crâniennes, périphériques, etc.). Dans tous les cas, l'ostéopathe va traiter l'aspect mécanique de ce mal; en retrouvant la mobilité des articulations qui ne sont plus mobiles.

La manipulation vertébrale, la plus connue du public, crée souvent un "crack". Ce bruit n'est en aucun cas signe de réussite du traitement, bien qu'il crée un soulagement instantané la plupart du temps, ni un signe de dangerosité de la manipulation. Ce bruit est pour la plupart des auteurs une dépression intra capsulaire qui crée une libération de CO2 (passage d'un état liquide un état gazeux) dans la cavité articulaire.

Le thérapeute cherche avant tout à retrouver une mobilité perdue de l'articulation, que ce soit une articulation vertébrale ou périphérique (membres supérieur et inférieur).

Une dorsalgie ou un lumbago réprésentent une douleur et un blocage. A la fin de la séance d'ostéopathie, le patient doit se sentir plus mobile et ressentir une meilleure flexibilité de sa colonne vertébrale. Ainsi, une dorsalgie ou un lumbago doivent être globalement améliorés au bout d'une séance et bien améliorés voire soignés au bout de 2. Ceci est bien évidemment le cas idéal, et tout patient, selon l'état de ses articulations (arthrose, etc.) va réagir différemment à une séance.

 

Quand et Pourquoi consulter ?


Depuis sa naissance jusqu'à la fin de sa vie, tout être humain peut bénéficier d'un traitement ostéopathique. Comme l'ostéopathie permet de restaurer la fonction, et qu'elle peut agir dans un but curatif mais encore plus dans un but de prévention, les indications d'un traitement ostéopathique sont très larges.

De manière générale, l'ostéopathie est indiquée dans les cas de :

• Problèmes liés à la naissance
• Déformation du crâne, sommeil perturbé, régurgitations, asthme, certains problèmes neurologiques, etc.
• Problèmes liés à la croissance (scoliose, cyphose,...), aux traumatismes divers et à la puberté.
• Problèmes de colonne vertébrale (sciatique, lumbago, torticolis), maux de tête, etc.
• Problèmes viscéraux : génitaux (incontinence urinaire,...), colites, etc.



Voici ici une liste de pathologies qui peuvent être soignées par l'ostéopathie. (Cette liste n'est en aucune manière exhaustive).
De nombreuses pathologies peuvent être l'objet de soins ostéopathiques :

 

• Maux de tête
• Nausée
• Vomissements
• Bourdonnements d'oreilles (acouphènes)
• Douleurs et certains problèmes oculaires
• Certaines manifestations ORL : sinusites, otites, maux de tête, bruits dans les oreilles (acouphènes), vertiges...

 

• Torticolis
• Douleurs cou, épaules, bras (périarthrite)
• Fourmis dans les mains
• Dorsalgie aigue, chronique
• Douleurs intercostales
• Raideurs articulaires

 

• Douleurs de bassin
• Douleur dans le dos
• Lumbago
• Sciatique
• Cruralgie
• Pubalgie
• Cervicalgie
• Dorsalgie

 

• Accidents sportifs : entorses coude, poignet, doigts, genoux, cheville, pied
• Suites d'une opération chirurgicale
• Récupération fonctionnelle

 

• Certaines manifestations digestives : reflux gastrique, flatulences, transit intestinal, constipation, diarrhée
• Certaines manifestations gênitales : fuites urinaires, troubles de l'érection et de la fertilité...
• Certains troubles respiratoires : essoufflement, douleurs thoracique à la respiration...

 

• Beaucoup de problèmes de la femme enceinte : respiration, digestion, lombalgie, retour veineux...
• Suivi de la grossesse
• Aide et préparation à l'accouchement
• Suivi du post-partum pour une récupération rapide des différentes fonctions

 

• Nourrisson : bilan préventif
• Problèmes de sommeil, d'agitation, de nervosité
• Problèmes neurologiques et certaines paralysies néonatales : strabisme
• Régurgitations
• troubles respiratoires
• Coliques
• Déformations du crâne (forceps, ventouse)

 

 

DEROULEMENT D'UNE CONSULTATION

 

 

Détails de consultations :


Une consultation dure en moyenne une quarantaine de minutes, selon le type de pathologie et la chronicité de celle-ci.


Avant une séance :
Essayez dans la mesure du possible d'amener tous les clichés radiologiques (scan, IRM, Radios, etc.) récents lors de la première séance d'ostéopathie. En effet, il est indispensable pour votre thérapeute de connaître tous les détails de votre anatomie, et en particulier de votre rachis cervical avant toute manipulation.



Déroulement d'une séance :


Une séance d'ostéopathie commence par un interrogatoire clinique : Chronicité de la douleur, Signes l'augmentant ou la diminuant, périodes paroxystiques, etc. Le thérapeute doit savoir tout ce qui peut lier votre histoire à celle de la douleur. Il est essentiel de ne rien laisser au hasard quand il vous pose des questions, et le laisser lui -même écarter des réponses sans rapport.


Ensuite, le thérapeute vous examine : debout, allongé, tests de mobilité actifs, passifs, tests de resistance, etc. C'est le moment où le "toucher", qualité qui différencie les bons ostéopathes des mauvais, rentre en jeu. L'ostéopathe apprécie la flexibilité des articulations et des tissus du corps pour situer le problème. Ceci nécessite des connaissances anatomiques, physiologiques et surtout techniques très approfondies.


Une fois que le problème est trouvé, le thérapeute doit vous traiter. Il existe pour cela tout un arsenal de techniques, certaines efficaces plus rapidement que d'autres, mais toutes sont à connaître afin de s'adapter à tout patient ou tout cas clinique.


Les techniques qui font le plus souvent peur au public sont les techniques dites de "thrust". Ces techniques peuvent avoir pour conséquence un "pop" ou "crack" articulaire, qui n'est en aucun cas la conclusion d'une manipulation. Il est indispensable de bien comprendre que le but d'une manipulation est d'informer la structure à manipuler, afin de retrouver la flexibilité de celle-ci.

 

Conclusion d'une séance :


A la suite d'une séance, vous vous sentirez généralement fatigué. La douleur peut augmenter après une séance, et diminuer fortement dans les 48-72h qui suivent. Elle est due à l'inflammation qui suit la manipulation. Le but de la première séance est avant tout de débloquer l'articulation lésée. Comme il est précisé plus haut, pour une pathologie chronique, il peut vous falloir plus d'une séance pour faire disparaitre les signes qui vous ont poussé à consulter.


Il faut toujours espacer les séances d'au moins quelques jours pour que le corps s'habitue à son équilibre retrouvé, et que vous en ressentiez les bienfaits. Dans la plupart des cas cependant, et notamment les cas aigus (signes apparus depuis quelques jours, urgences) comme les dorsalgies hautes, ou les lumbago, les suites de séances sont rapidement très positives, car le corps n'a pas eu le temps de s'ancrer dans un déséquilibre complet, et la première séance est souvent source de satisfaction.


Prendre rendez-vous :


Trouvez les coordonnées du cabinet dans la rubrique contact.



Prise en charge des soins d'ostéopathie :


Un bon nombre de mutuelles prennent en charge les frais d'ostéopathie. Il vous suffit de demander à votre mutuelle si elle accepte de rembourser tout ou partie des soins. Le thérapeute vous fournira ainsi une facture.Voici une liste non exhaustive de mutuelles prenant en charge les soins d'ostéopathie.

Télécharger la liste